Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 21:50

accueil ure : Sensibilisation à l'Utilisation Rationnelle de l'Energie (URE) TFE  

Lien précédant : URE TFE : Chapitre 7 : Le public cible  

 

Chapitre 8 : Approche du travail pédagogique

 

1. La présentation

 

La présentation est un guide montrant divers gestes simples et facilement applicables créée en se basant sur un support visuel très explicite qui propose divers moyens d’économiser de l’argent par le biais de l’URE. Cette thématique a été travaillée en vue d’aider des personnes éprouvant des difficultés en français et/ou souvent peu informées.

Nous examinerons différentes pertes énergétiques et comment améliorer nos comportements grâce à de nombreux conseils utiles pour réduire voire éviter des dépenses inutiles.

Les deux leviers (environnemental et financier) sont utilisés pour atteindre tous les publics. Avec un public fragilisé économiquement, l’argent est généralement un attrait suffisant mais qu’il faut relativiser. Quant au belge moyen, il est moins soucieux des économies que de son confort et de son bien-être (ce qui n’est pas du tout antinomique) et sera donc plus réceptif à l’aspect global (voir juste environnemental) selon des degrés divers.

 

 

 

2. Écologisme

 

Partons de cette  première question que je pose au public :

« Savez-vous de quoi je vais vous parler ?»

 Il est évident que la réponse est  invariablement : « l’écologie »

Mais cette réponse, qui est prévisible, fait intervenir une explication qui déborde du champ de la sensibilisation ou de l’aide aux groupes d’alpha (alphabétisation).

 

1) Conviction

 

 

Partons de cette  première question que je pose au public :

« Savez-vous de quoi je vais vous parler ?»

Il est évident que la réponse est  invariablement : « l’écologie »

Mais cette réponse, qui est prévisible, fait intervenir une explication qui déborde du champ de la sensibilisation ou de l’aide aux groupes d’alpha (alphabétisation).

 

1) Conviction

 

Quand on prépare un travail à but social et environnemental, l’animateur doit être lui-même sensibilisé, il doit se poser une question:

« Est-ce que je respecte les conseils que je prodigue ?».

L’animateur, lui-même convaincu, doit savoir comment il réagit face à ces informations, s’il suit ses propres conseils (et lesquels), connaître ce qu’ils impliquent et ses réticences personnelles.

Il est nécessaire de les avoir soi-même expérimentés afin que nos conseils soient les plus justes et judicieux possibles. L’animateur doit donc connaître ces gestes, les appliquer et avoir expérimenté diverses techniques. Cela permet d’acquérir une expérience pratique permettant de mieux informer. Par exemple : les ampoules économiques globes sont moins lumineuses que les hélicoïdales,…

Il faut se remettre en cause et avoir testé les différentes techniques, que se soit pour mieux renseigner ou pour avoir une meilleure crédibilité et sans cesse améliorer la présentation par ces expériences.

Il est important d’être crédible , de savoir de quoi on parle, de  connaître son sujet et de pouvoir l’argumenter avec des exemples concrets et personnels, de s’être renseigné et de s’être intéressé aux sujets annexes et connexes puisque, nous serons appelés à déborder de notre présentation.

C’est pourquoi, la formation est continue, par exemple en recevant la newsletter du WWF et de Greenpeace et en allant aux salons et festivals sur ces sujets (BEST, TILFF,…) mais aussi ce que nous avons appris par nous-mêmes

 

2) Écologisme et écologie

 

L’écologie est une science multidisciplinaire étudiant les interactions entre le biotope (êtres vivants) et la biocénose (leur environnement).

Alors que l’écologisme est un sophisme, une méthode de pensée… prônant la protection de l’environnement, en vue d’éviter autant que  faire se peut  nos impacts négatifs sur celui-ci  et visant à adopter un comportement responsable.

 

3. Pédagogie appliquée

 

1) La théorie des besoins humains de Maslow (1943)

 

 

Maslow

 

 

 

Pyramide de Maslow

  

a) Théorie

-         L’être humain est motivé par le désir de satisfaire ses besoins,
  c’est ce qui le pousse à agir

-         Un individu dont les besoins seraient insatisfaits, serait d’abord motivé par ses
  besoins inférieurs (ordre d’apparition ↑)

-         Il faut que ses besoins inférieurs soient relativement satisfaits avant que le    besoin qui est au dessus de lui dans la hiérarchie devienne une force motivante

 

b) Signification pratique

 

Dans l’argumentation du sujet, il faut d’abord utiliser ceux qui touchent à leur personne (santé, économique) avant l’environnement (réalisation) ou tout du moins baser le début de la présentation sur un besoin primaire pour susciter l’intérêt.

 

2) Le modèle d’Hermann : méthodologie globale

 

La majeure partie des individus (75 %) fait appel à une méthode dominante, en vue de viser tout le public il faut préparer  une activité de manière que :

 

 

Roskam

(Source : cours d’Education Relative à l’Environnement par monsieur J.Roskam)

 

Les préférences varient selon la personne, le moment et le sujet. En utilisant ces quatre méthodes, il y a raisonnablement plus de chance de transmettre le message à l’intégralité des participants. Cependant, en identifiant son public, un animateur peut adapter son attitude, son message et sa méthode.

Pour des raisons techniques (temps et public) je défavorise un peu « l’action pratique », surtout qu’elle demanderait trop d’explication et de temps.

En effet, il n’y a pas moyen que tous utilisent le (seul) Wattmètre en ma possession, de leur demander de rechercher des données dans une documentation ou d’expliquer comment ils pourraient solutionner leurs problèmes.

3) Pédagogie active-participative

 

« Dis-moi et j’oublierais,

Montre-moi et je me souviendrais,

Implique-moi et je comprendrais »

Confucius

 

Principe :

 

Les participants sont au centre du processus d’apprentissage, ils posent des questions, agissent, complètent ensemble leurs connaissances. Dans ce but, il est important qu’ils sentent l’utilité de ce qu’ils apprennent et qu’ils puissent par eux-mêmes chercher les rapprochements entre la présentation et leurs vies

 

Eviter la méthode « mémorisation/répétition » pour une recherche expérimentale basée sur des cas (toutefois la méthode précédente et le temps sont des facteurs temporisant cette méthode). En répondant aux besoins véritables, au questionnement des intervenants, elle doit favoriser l’autonomie, les initiatives, la participation, l’action

collective et l’interrogation.

 

Fonctionnement

 

On peut utiliser des jeux sans compétition comme le quizz, ils ne savent pas encore que les points n’ont pas d’importance. Le but recherché est qu’ils s’amusent à comprendre leur erreurs, expliquent pourquoi ils se sont trompés et demandent de plus amples informations.

 

Il existe des moyens de stimuler le public, en montrant des objets, des dias au public en lui laissant lui-même expliquer de quoi il s’agit ou quelle idée est exprimée.

 

On laisse à des participants la liberté de répondre aux questions provenant  d’un autre membre du groupe, on dirige les débats, les prises de positions. Ils partagent leurs connaissances et s’enrichissent mutuellement (capitalisation des savoirs)

  lien next : URE TFE : Chapitre 9 : Création d'un Quizz pour "la journée de l'énergie"

Partager cet article

Repost 0
Published by Johnny Lavague - dans politico-environnemental
commenter cet article

commentaires