Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 18:24

 

Pourquoi le bio a-t-il tant de succès ?

 

1) les consommateurs cherchent des produits de qualité

 

-          Chaque crise (vache folle, dioxine, …) a causé des peurs et des interrogations sur ce que contenait son assiette, il se pose de plus en plus de question sur les engrais, les pesticides, les conditions de vies des animaux,…

-          Sensibilisation à l’environnement, (surtout dans les pays scandinaves), acheter bio est considérer comme favoriser des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement

-          Recherche de produits de qualité, de produits du terroir, de produits non uniformisés, de goûts,

 

2) choix des agriculteurs et atouts

 

-          Pour des raisons de santé (1er raison surtout des premiers exploitant) ou philosophique

-          Diversification agricole (la disparition des petites ferme conventionnelle à pousser certains à choisir le bio)

-          Ne Voulant plus  travailler sous poids des grands distributeurs et des industries agro-alimentaires (dirigeant prix et production)

-          Besoin de plus de main d’œuvre >< machinisme

-          Moins de stress mais ce ne pas plus cool car il faut trouver comment distribuer, il y a des contrôles, plus de formalité (paperasse)

-          Moins dépendant de l’extérieur (engrais,…)

 

3) moins de problèmes environnementaux

 

-          Restriction en matière de pesticides et engrais limitant ainsi les problèmes de pollution du sol et de l’eau, évitant une très grosse partie du problème des résidus

 

Obstacles au bio

 

1) Difficultés d’écouler ou grand distributeur (et retrouver le risque de devoir fournir des produits calibrés)

 

-          Bien que l’opinion publique est favorable la demande et l’offre reste « assez faible »

 

2) Reconversion : en effet un agriculteur  doit faire une démarche (2 ou 3 ans) pour vendre ses produits avec une appellation bio (il a le droit, a marqué l’année précédente « en conversion vers le bio »)

Le temps que ses terres et animaux « éliminent » (avec vérification) les produits interdit en agriculture biologique

-          Lors de la reconversion, l’agriculteur doit répondre au cahier de charge de l’agriculture bio

-          Automatiquement ses rendements diminuent et donc il en va de même pour ses revenus (malgré une aide fournie pour la conversion)

-          Il a besoin de plus de mains d’œuvre, le coût en bio sont plus grands

-          Il ne peut pas palier à la perte de rendement en vendant plus chère ses produits (puisqu’ils ne sont pas  « bio »)

3) Crédibilité

-          Image négative d’un partie des précurseurs, mais on peut dire que maintenant l’image du hippie est largement derrière nous 

-          Différentes techniques bio et « philosophie »

-          Manque d’études sur le sujet (calendrier lunaire, purin d’ortie et prêle,…)

-          Présentation hétérogène des produits

-          Difficulté de faire reconnaitre les produits pour une agrégation (voir phytopharmacie)

 

4) Coût

-          25% plus chère, mais on estime en moyenne qu’un « ménage bio » a un budget identique sinon inférieur à la moyenne des ménages belge mais ce n’est pas toujours le cas pour des fruits et légumes frais ils peuvent être au même cout voir moindre (ex : ognon rouge, car le conventionnel a traversé un océan)  

-          Surcout de production

o   Dispersion des produits (un camion qui dessert des fermes bio, il doit faire plus de route que pour du conventionnel)

o   Rendement moindre, besoin de plus de mains d’ouvre car plus de travail, coûts plus importants (dont des techniques agricoles), petite taille des exploitations, manque de matériel très performant, nécessité d’installation séparée et/ou spécifique

 

 

Avenir : de plus en plus de consommateur pour une offre assez faible ce qui laisse la place à des reconversions et à « une nouvelle génération d’agriculteur » qui autrement n’aurait pas pu reprendre l’exploitation

 Actuellement les parts du marché pourraient être multiplié par 5

 

Le bio est aider en Wallonie et en Flandre

 

IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE MÊME SI L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE NE NOURRIT PAS LE MONDE, CELLE-CI INFLUENCE LA CONVENTIONNELLE


previous link Qu’est-ce que l’agriculture biologique ? >< next link Le bio courants de production biologique

Partager cet article

Repost 0
Published by Johnny Lavague - dans environnement
commenter cet article

commentaires